5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 19:23
Schema narratif
LE SCHEMA ACTANCIEL
Les figures de style
Biographie de Jean Anouilh
Biographie HMED SEFRIOUI
biographique de Pierre BOULLE
biographique    Victor Hugo
Schema narratif
 
Pour comprendre le fonctionnement d'un récit, on peut le réduire à son schéma le plus simple. On en garde les grandes lignes qui forment la progression de l'action
Ainsi, on peut  shématiser un récit( de forme classique) en  plusieurs étapes ( trois  ou même cinq)
Le plan quinaire
La situation initiale:  il s'agit d'un état d'équilibre où presque rien ne passe. c'est "le plat calme" qui précède à la tempête. Tout est en ordre.
La pertubation ( ou la force transformatrice) : c'est l'action qui vient perturber l'état initial et déclencher le récit. C'est l'action par laquelle tout arrive. Sans cette étape, on ne peut parler d'un récit.
La quête ( ou les pérépities) C'est la chaîne   d'événements qui coulent dans le même sens: retrouver l'équilibre de l'état initial. c'est le héros , accompagné de bien d'autres personnages, qui se charge d'une telle mission., c'est Le corps du récit
Le dénoument : dans cette étape,  on  résoud le problème. Le noeud est dénoué.
La situation finale: Tout rentre dans le calme. Toutefois, il y a des situations finales qui ouvrent le récit sur d'autres  horizons et envisager par là une suite au récit.
 
                                     
LE SCHEMA ACTANCIEL
Le schéma narratif peut être complété par la mise à jour du schéma actanciel. Le schéma actanciel dégage les rapports de force qui s'établissent entre les personnages, et donc font avancer l'action.
On distingue trois catégories actancielles : la relation sujet — objet ; la relation destinateur — destinataire ; la relation opposant — adjuvant.
Le sujet est le héros de la quête .C'est le personnage chargé d'accomplir une mission bien précise.
l'objet est "ce qui, celui qui, celle qui" est convoité : l'objet de la quête, c'est l'objectif de la mission
Le destinateur est "ce qui, celui qui, celle qui " souffre d'un méfait ou d'un manque et désigne quelqu'un pour le réparer : le destinataire.
L'opposant est donc ce qui fait obstacle à la quête du sujet, qui s'oppose à l'accomplissement  de la mission
 l'adjuvant est celui  qui  aide le héros pour accomplir  sa mission
                                     
                               Les figures de style
 
a. Comparaison

Une comparaison réunit deux éléments comparés en utilisant un outil comparatif.

Parmi les outils comparatifs, c'est-à-dire les mots qui introduisent une comparaison, le plus fréquemment utilisé est l'adverbe «comme». Mais on peut trouver également les adjectifs : «ainsi, tel, pareil à, semblable à», ou bien des verbes : sembler, ressembler à, paraître»
Ex. : Ils (les coquelicots) [élément comparé ] éclatent dans le blé, comme [outil comparatif ] une armée de petits soldats [élément comparé ].

On pourra dire aussi :
Les coquelicots ressemblaient à une armée
étaient semblables à
étaient pareils à
semblaient être

tels
b. Métaphore

Une métaphore réunit également deux éléments comparés mais sans utiliser d'outil comparatif. Pour reprendre l'image des coquelicots et transformer la comparaison en métaphore, on aura :
Les coquelicots, [élément comparé ] une armée de petits soldats, [élément comparé ] éclatent dans le blé.

Construction de la métaphore : d'un point de vue syntaxique, la métaphore peut se construire de trois manières différentes.
· par une apposition :
Ex. : Les coquelicots, une armée de petits soldats, éclatent dans le blé.
Dans ce cas, «une armée de petits soldats», à laquelle sont comparés les coquelicots, est apposée (placée à côté et séparée par une virgule) au terme «coqueli cots».
·par un attribut:
Ex. : Les coquelicots sont une armée de petits soldats qui éclatent dans le blé.
Ici, «une armée de petits soldats» est attribut de «coquelicots».
·par un complément du nom :

Ex. : Une armée de coquelicots éclate dans le blé.

Cette fois, la construction est plus complexe, et la métaphore est plus difficile à repérer. En effet, «une armée de petits soldats» n'est plus répété intégralement : «les petits soldats» ne sont que mentionnés car, dans cette présentation de la métaphore, il y a concentration de l'expression : on passe directement à «une armée de coquelicots» sans suggérer clairement que les coquelicots sont des «petits soldats»
.
c-hyperbole : ce procédé consiste à mettre en valeur un fait, ou une idée, au moyen d'une expression exagérée. Exagérer , c'est moyen stylistique pour rendre une idée plus claire.
Exemple : Je meurs de  faim  , ne veut en aucun cas signifier mourir, mais  c'est uen manière de dire qu'on a une grande faim.
 
d-euphémisme : emploi d'un mot à la place d'un autre, malsonnant ou brutal pour cacher, taire, masquer, adoucir, atténuer son sens. Il a pour effet de dissimuler une idée brutale, désagréable ou jugée inconvenante. On a recours à la politesse  souvent pour ne pas choquer ou blesser, ou par poolitesse
Exemple : "Il est temps que je me repose." V.Hugo. ( que je meure)
                 Le quatrième âge. (les vieillards)
                 Il n'est plus. (pour ils  sont morts).
                
 
e-oxymore : juxtaposition de deux mots de sens  incompatibles voire même contradictoires
Exemple : Il est bavard, ce muet. ( un muet, ne doit pas parler en principe)
                 Un parfait imbécile ( un imbécile ne peut pas être parfait dans un  sens)
                
 
f- antithèse :  : Cette figure de style consiste à placer dans un même énoncé ( phrase ou texte) deux mots, deux notions de sens opposés.
Exemple :   Guerre et paix
                  Sors avec une larme, entre avec un sourire ( V.Hugo)   Ici les mots "larme" et "sourire" forment une antithèse de la même façon que "sors "et "entre"
 
                                             
                                                                          
 
Biographie de Jean Anouilh    
 
Il est né à Bordeaux en 1910, d'un père tailleur et d'une mère musicienne. Il arrive à Paris en 1921 et poursuit ses études au collège Chaptal. Après des études de droit, il débute dans la publicité où il rencontrera Prévert. Très tôt passionné par le théâtre, Jean Anouilh assiste émerveillé, au printemps 1928, à la représentation de Siegfried de Jean Giraudoux . Cette pièce servira de révélateur : "c'est le soir de Siegfried que j'ai compris...". En 1929 il devient le secrétaire de Louis Jouvet . Les relations entre les deux hommes sont tendues. Qu'importe, son choix est fait, il vivra pour et par le théâtre. Sa première pièce, l'Hermine (1932), lui offre un succès d'estime, et il faut attendre 1937 pour qu'il connaisse son premier grand succès avec le Voyageur sans bagages . L'année suivante le succès de sa pièce la Sauvage confirme sa notoriété et met fin à ses difficultés matérielles. Au travers de textes apparemment ingénus, Anouilh développe "une vision profondément pessimiste de l'existence".

Puis éclate la seconde guerre mondiale. Pendant l'occupation, Jean Anouilh continue d'écrire. Il ne prend position ni pour la collaboration, ni pour la résistance. Ce non-engagement lui sera reproché. Il se lance dans l'adaptation de tragédies grecques et obtient un nouveau succès avec Eurydice (1942). En 1944 est créé Antigone (1944). Cette pièce connaît un immense succès public mais engendre une polémique. Certains reprochent à Anouilh de défendre l'ordre établi en faisant la part belle à Créon . Ses défenseurs mettent au contraire en avant les qualités de l'Héroïne.

À la Libération, Anouilh continue d'écrire en alternant pièces "noires", "roses", "brillantes", "grinçantes", "costumées", "secrètes" et "farceuses", suivant leur degré de pessimisme, de férocité et d'hypocrisie. Il obtient de nombreux succès. Citons notamment L'Invitation au château (1947), L'Alouette (1952), Pauvre Bitos ou le dîner de têtes (1956), Beckett ou l'honneur de Dieu (1959).

En 1961, il connaît un échec avec La Grotte . Il se tourne alors vers la mise en scène. Anouilh est un des premiers à saluer le talent de Samuel Beckett, lors de la création d'En attendant Godot. Il soutiendra également Ionesco, Dubillard, Vitrac... Il écrira encore plusieurs pièces dans les années soixante-dix, dont certaines lui vaudront le qualificatif "d'auteur de théâtre de distraction" . Anouilh assume alors parfaitement ce rôle revendiquant volontiers le qualificatif de "vieux boulevardier". Et allant même jusqu'à se présenter comme un simple "fabricant de pièces" .

Il n'en reste pas moins qu'Anouilh a bâti une œuvre qui sous l'apparence d'un scepticisme amusé révèle un pessimisme profond. Il a également su dépeindre ces combats passionnés où l'idéalisme et la pureté se fracassent contre le réalisme et la compromission. Comme l'écrit Kléber Haedens, " Anouilh touche par ses appels au rêve, sa nostalgie d'un monde pur et perdu". Anouilh est mort en 1987.
 
Ecrivain marocain d'expression française



IDENTITE


Nom : SEFRIOUI

Prénom : Ahmed

Date et lieu de sa naissance : 1915 à Fès


Date et lieu de sa mort :  le 25 février  2004


EVENEMENTS MAJEURS DE SA VIE


- Il est né de parents de modeste condition d'origine berbères. Son père était un meunier.

-Il a commencé sa scolarité à l'école coranique avant de fréquenter l'école française, et puis le collège de Fès.

-Après son baccalauréat, il débute   sa carrière professionnelle comme journaliste pour le quotidien : "l'Action du peuple"

-Il devient  conservateur du musée ALBATHA à Fès.

-En 1949, il a l 'honneur d'être le premier marocain à obtenir le grand prix du Maroc.

-Il a occupé diverses fonctions publiques à partir de 1938 surtout aux ministères de la culture et du tourisme



SON OEUVRE


1949 : le Chapelet d'Ambre  . le Seuil

1954 : la Boite à Merveilles  (roman) le Seuil

1973 : La maison de servitude  ( roman) SNED, Algérie

1989 : Le jardin des sortilèges ou le parfum des légendes ( roman) L'Harmattan


La Boîte à merveilles, roman autobiographique à caractère ethnographique 

 Ecrit par l'écrivain marocain Ahmed Sefrioui en 1952 et publié en 1954, ce roman à caractère autobiographiquefut le premier roman marocain écrit en français.Ce  roman  est une une suite de scènes et de tableaux qui nous relate à travers le ragard sincère mais rêveur du petit Sidi Mohamed  la vie quotidienne d'une famille populaire dans  la médina de Fès. Ce roman nous retrace  l'atmosphère de ce début du vingtième siècle .Il s'agit bel et bien - pour reprendre l'expression de son narrateur - d'un album qui nous retrace l'intimité de la vie de cette ptite famille fassie. Il nous aide à découvrir les facettes de ce monde encore simple de la société marocaine en ce temps là :  son mode de vie, ses valeurs, ses traditions,  ses rituels et ses personnages. D'une oeuvre autobiographique , on passe rapidement à un  roman éthnographique qui  constitue un témoignage  vivant d'une vie en voie de disparition .
                                                    
 
 
Ecrivain et romancier Français



Identité


 Nom : BOULLE
 Prénom : Pierre
 Date et lieu de sa naissance : le 20 février 1912 à Avignon ( France)
 Date et lieu de son décès : le 31 janvier 1994


Evénements majeurs de sa vie

 Pierre Boulle a eu une fotmation scientifique couronnée par un diplôme d'ingénieur en électricité
 Diplômé, il part en Malaisie travailler dans la plantation d'hévéa ( espèce d'arbre dont on tire le caoutchouc)
 Il sera ensuite mobilisé en 1939 en Indochine
 En 1941, il retourne en Malaisie où il rejoint les Forces Françaises Libres pour combattre les japonais
 Il se fait prisonnier mais il réussit à s'évader pour rejoindre la France
 Après un autre séjour en Malaisie et au Cameroun, il s'installe définitivement en France
 Sa notoriété revient à l'adaptation de ses deux romans ( le Pont de la rivière Kwai et la Planète des singes) au cinéma


Œuvres :

William Conrad 1950
Le sacrilège malais 1951
Le pont de la rivière Kwai 1952 prix Sainte-Beuve
Contes de l'absurde 1953 Grand Prix de la nouvelle
La face 1953
Le bourreau 1954
L'épreuve des hommes blancs 1955
E=MC2 1957
Les voies du salut 1958
Un métier de seigneur 1960
La planète des singes 1963
Le jardin de Kanashima 1964
Histoires charitables 1965
Aux sources de la rivière Kwaî 1966
Le photographe 1967
L'étrange croisade de l'empereur Frédéric H 1968
Quia absurdum 1970
Les Jeux de l'esprit 1971
Les Oreilles de jungle 1972
Les vertus de l'enfer 1974
Histoires perfides 1976
Le bon léviathan 1978
Les coulisses du ciel 1979
L'énergie du désespoir 1981
Miroitements 1982
La baleine des Malouines 1983
Pour l'amour de l'art 1985
L'univers ondoyant, essai 1987
Le professeur Mortimer 1988
Le malheur des uns... 1990
L'ilon, souvenirs 1990
A nous deux, Satan 1992
                                         
                                                      
VICTOR HUGO
Poète, romancier, auteur de théâtre, critique, journaliste, historien, Victor Hugo est sans conteste l'un des géants de la littérature française. Il faut dire que l'auteur des Misérables et des Châtiments a allié à la fois ambition, longévité, puissance de travail et génie, ce qui ne pouvait que concourir à ce mélange de fascination et d'irritation qu'il suscite encore aujourd'hui.



 
1802, 26 février
Naissance à Besançon, de Victor-Marie Hugo, fils de Léopold Sigisbert, chef de bataillon, et de Sophie née Trébuchet. Le régiment et la famille partent pour Marseille en avril. Fin novembre, Sophie part pour Paris, laissant à son mari les trois garçons.

1803
À la fin de l'année, Sophie ramène ses enfants de l'île d'Elbe à Paris.

1807
Voyage éclair de la famille à Naples. Léopold est au service du roi, Joseph Bonaparte.

1811
Sophie rejoint à Madrid son mari, toujours au service de Joseph, roi d'Espagne.

1812
Retour à Paris. La séparation des époux Hugo est définitive. Abel reste avec son père.

1815
Léopold met Eugène et Victor à la pension Cordier. Ils y restent jusqu'en 1818.

1821
Mort de la mère. Reprise des relations avec le père qui s'est remarié.

1822
Publication des Odes et poésies diverses. Victor Hugo épouse Adèle Foucher. Cinq enfants vont naître de ce mariage: Léopold (né et mort en 1823), Léopoldine (1824-1843) Charles (1826-1871), Victor, dit François-Victor (1828-1873) et Adèle (1830-1915).

1823
Publication de Han d'Islande.

1824
Nouvelles Odes.

1827
Cromwell. 1828 Mort du général Hugo, père du poète.1829 Le Dernier Jour d'un condamné. Marion de Lorme, est interdite.

1830
Hernani. Sainte-Beuve, amoureux d'Adèle, est sans doute devenu son amant.

1831
Notre-Dame de Paris. Les Feuilles d'automne (premier des quatre recueils parus avant 1841).

1832
Le Roi s'amuse est interdit après une seule représentation.

1833
Lucrèce Borgia. Victor Hugo devient l'amant de Juliette Drouet, une jeune actrice.

1834
Littérature et philosophie mêlées. Premier long voyage avec Juliette, en Bretagne.

1835
Claude Gueux.

1838
Ruy Blas.

1840
Voyage en Belgique et en Allemagne. Retour des cendres de Napoléon.

1841
Élection à l'Académie française.

1842
Le Rhin. La seconde édition, considérablement augmentée, paraît en 1845.

1843
Mariage de Léopoldine Hugo. Voyage au Pays basque espagnol et dans les Pyrénées françaises. Victor Hugo apprend la mort de sa fille dans les journaux.

1845
Le vicomte Victor Hugo, nouvellement nommé pair de France, est pris en flagrant délit d'adultère avec Léonie Biard. Le scandale public épargne Juliette, qui ne sait rien. Victor Hugo commence un roman, Les Misères.

1848
Élu à l'Assemblée constituante, Hugo défend la légalité pendant les journées insurrectionnelles de juin, combat les excès de la répression et soutient la candidature à la présidence de Louis-Napoléon Bonaparte.

1849
Hugo est élu à l'Assemblée législative.

1851
Victor Hugo s'est opposé depuis 1850 à la majorité réactionnaire de la Chambre et aux appétits impérialistes du président. Il résiste au coup d'État du 2 décembre. Ayant échappé à l'arrestation, il se réfugie à Bruxelles. Juliette Drouet l'y rejoint.

1852
Napoléon le Petit. Hugo quitte Bruxelles pour Jersey.

1853
Publication clandestine de Châtiments. Une édition expurgée paraît à Bruxelles.

1855
Victor Hugo s'étant solidarisé avec une proclamation maladroite d'autres proscrits de Jersey est expulsé de l'île. Il s'établit à Guernesey et décide d'acheter une maison.

1856
Publication des Contemplations. Achat de «Hauteville House».

1859
Publication de la «première série» de La Légende des siècles. Refus de l'amnistie.

1861
Les Misérables ayant enfin été repris, Hugo y travaille près de Waterloo.

1862
Publication des Misérables.

1863
Adèle, la fille des Hugo, croit qu'elle va vivre sa vie et fuit la maison familiale.

1864
William Shakespeare.

1865
Les Chansons des rues et des bois. Madame Victor Hugo est à Bruxelles, avec ses fils.

1866
Les Travailleurs de la mer.

1868
Naissance de Georges Hugo, fils de Charles. Mort de madame Victor Hugo.

1869
L'Homme qui rit. Naissance de Jeanne, fille de Charles.

1870
Hugo rentre à Paris le 5 septembre. La république a été proclamée la veille.

1871
Élu député de Paris, Hugo quitte la ville assiégée pour Bordeaux où siège l'Assemblée nationale. Il démissionne le 8 mars. Parti pour Bruxelles pour régler la succession de son fils Charles, mort subitement, et bien qu'il ne fût pas favorable à ce qu'était devenue la Commune, Hugo fut scandalisé par la sauvagerie de la répression. Il offrit aux communards poursuivis de leur donner asile, et fut expulsé de Belgique. Il s'installa au Luxembourg.

1872
Adèle, folle, revient à Paris. L'Année terrible. Hugo repart à Guernesey.

1873
Rentrée à Paris. Grave crise dans les relations avec Juliette. Mort de François-Victor.

1874
Quatrevingt-treize.

1875
Parution des deux premiers volumes d'Actes et paroles. Le dernier paraît en 1876.

1876
Élection au Sénat. Hugo continue, en vain, sa lutte contre la peine de mort.

1877
Lutte contre un coup d'État qui se prépare. Histoire d'un crime, sur le deux décembre 1851. L'Art d'être grand'père.

1878
Victor Hugo est victime d'une congestion cérébrale. Dernier séjour à Guernesey.

1880
Vote de l'amnistie pour les communards, pour laquelle Hugo n'a cessé de militer.

1883
Mort de Juliette Drouet.

1885
Mort de Victor Hugo le 27 mai.

Partager cet article

Published by benlemlih
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog